AGIR

  • Comment être en conscience ?

    Après avoir choisi une installation appropriée, seul(e), au calme… Mettez-vous à l’écoute de votre corps en laissant se promener...

    Lire la suite
    0
    2
  • L’influence de la flexibilité psychologique sur le contrôle du poids

    Des recherches ont suggéré que la motivation et les facteurs contextuels pourraient influencer le contrôle du poids autant que...

    Lire la suite
    0
    1
  • 0
    2
  • Applications pour pratiquer la pleine conscience avec son smartphone ou sa tablette

    Pratiquer la pleine conscience n’est pas toujours aisé quand on se retrouve seul après avoir expérimenté en cabinet de...

    Lire la suite
    0
    2
  • La motivation pour pratiquer un sport expliquée ?

    La difficulté à se motiver pour faire du sport serait liée à une protéine qui joue un rôle important lors de l’exercice physique.

     

    En début d’année, les bonnes résolutions nous poussent vers les salles de sport qui enregistrent une hausse des inscriptions. Mais certains ont beau vouloir faire plus d’exercice, ils n’arrivent pas à se motiver. Excès de fainéantise ? Pas forcément. Ce manque de motivation pourrait prendre racine dans le système nerveux. Francis Chaouloff, directeur de recherche Inserm au NeuroCentre Magendie à l’Université Bordeaux Ségalen, Sarah Dubreucq, étudiante en Thèse, et François Georges, chargé de recherche CNRS à l’Institut Interdisciplinaire de Neurosciences à l’Université Bordeaux Ségalen, ont découvert qu’une protéine, le récepteur des cannabinoïdes CB1, joue un rôle clé lors de l’exercice physique. Les résultats sont parus dans la revueBiological Psychiatry.

    Sans cette protéine, des performances en baisse
    En faisant une étude sur des souris, les chercheurs ont constaté que l’emplacement de ce récepteur dans la région du cerveau associée à la motivation et au système de récompense commande la réalisation d’un exercice physique volontaire. Sur les souris, l’absence de ce récepteur CB1 a fait baisser de 20 à 30 % leur niveau d’exercice alors qu’elles avaient accès à une roue 3 heures par jour.

    « L’incapacité à ressentir du plaisir lors de l’activité physique, souvent citée comme une cause de non adhésion partielle ou totale à un programme d’exercice physique, indique que la biologie du système nerveux est bel et bien en jeu », explique Francis Chaouloff, un des auteurs de l’étude.

     

    Auteur : Emilie Cailleau source Topsanté.com

    Lire la suite
    0
    0
  • Activité physique : un article de l’Inserm très bien fait.

    L’activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à...

    Lire la suite
    0
    0
  • Sleep2012 : une étude laisse penser que mal dormir peut induire de mauvais choix alimentaires

    Cette étude de l’Université de Columbia (USA) confirme comment la privation de sommeil modèle notre cerveau et notre désir...

    Lire la suite
    0
    0